Revenir à la Page d'Accueil

Les Bikers, les Motos Clubs, les Harley-Davidson Clubs, le HOG et les autres

Translate in English. Don't forget, systematically close the page translated after having read it.

     


Groupe de Bikers devant
le Mont Rushmore

             Né à la fin des années 40, début des années 1950, le mouvement "BIKER" regroupait à l'origine quelques "rebels" ayant choisi la moto comme moyen de transport pour exprimer leur indépendance et leur volonté de sortir du rang. Cette image de Bad Boys qu'ils traînaient derrière eux n'était pas usurpée car il s'agissait le plus souvent  de véritables bandes aimant entre autres, l'alcool et les bagarres. 

               L' Amérique très éprise d'ordre, d'apparence et bien pensante prend peur.

              La naissance de cette image sulfureuse se situe très exactement le 04 juillet 1947, dans la petite ville Californienne de Hollister. C'est là qu'au lendemain d'une soirée très arrosée et "animée", relayé par une presse à sensation (c'était déjà vrai à cette époque !...), le mythe des 1% de marginaux en opposition aux 99% de gentils motards, est devenu une réalité qui a alimenté bien des fantasmes et participé à la légende de Harley-Davidson.          

             Pourtant initialement c'étaient plutôt des marques Anglaises et plus précisément les Triumph, qui étaient les montures préférées de ces hordes sauvages. Mais très vite, elles ont été remplacées par les V-Twin de Milwaukee, beaucoup plus virils aux yeux de ces "hardcore bikers".

                          Durant plusieurs décennies, la représentation bruyante de ces motards habillés de cuir et chevauchant des Harley-Davidson s'est imprimée dans la pensée collective, au point de devenir indissociable de la marque.  Il aura fallu beaucoup de temps et une volonté nettement affichée par les nouveaux dirigeants de la compagnie pour faire évoluer cette image devenue pesante et réductrice, sans toutefois tomber dans le travers du monde BMW et son côté "cul serré" bon chic / bon genre de cette marque.

          Le monde Harley a toujours fonctionné sur la "transmission" du savoir si petit soit-il, des anciens en direction des nouveaux venus qui à leur tour, s'ils adhérent à ce concept de la Biker's life et du Way of life que propose la Harley, transmettront à leur tour aux suivants etc. C'est cela qui est unique dans le monde de la moto (toutes marques confondues) et qui fait que le monde Harley est un monde à part (n'en déplaise à certains), pas du tout politiquement correct.

              Les Bikers forment une véritable famille, unis par la même passion de la Liberté, de l'Amérique et du V-Twin Harley-Davidson. C'est d'ailleurs la définition reconnue et admise par tous du Biker : Une Harley entre les jambes avec la passion de l'Amérique (les grands espaces, la musique Country ou Rock&Roll, les paysages, les pionniers, les cow-boys et les indiens enfin tout cela, même si ce sont des clichés, mais pas leur politique of course) et  la Liberté dans la tête. Dans le monde il y a les motos de diverses marques..... et Harley-Davidson. Il y a des motards sur des motos de diverses catégories, marques..... et les Harleyistes,  l'immense majorité de ces derniers étant Bikers bien que quelques-uns par choix ou ignorance restent toutefois motards sur une Harley. L'image du Biker a évolué à travers les générations même si le bon vieux mythe du Biker rebelle plane toujours. La réalité actuelle ne correspond plus à celle d'une horde sauvage comme dans les années 1950. Toutes les revues traitant de la Biker's Life, montrent exclusivement  des Harley-Davidson et des Bikers moins caricaturaux que ceux du milieu  20° siècle.

            Le Biker des temps modernes n'est plus un marginal en rupture avec la société, même s'il a toujours cette farouche  volonté d'indépendance. Derrière les barbes, les tatouages et les blousons créant des allures parfois inquiétantes, on trouve le plus souvent des gens très tranquilles et sans histoire. Ils sont fonctionnaires, cadres, agriculteurs, commerçants, ouvriers etc... et ils forment le plus gros de la "troupe". A leurs côtés on trouve les "Rich Urban Bikers" qui sont banquiers, avocats, entrepreneurs que l'on trouvent principalement dans le HOG et une poignée de "Rich and Famous Bikers" qui sont musiciens de renom, pilotes de F1, acteurs de cinéma, chanteurs etc... un mélange hétéroclite  réuni sous l'insigne de "Iron Eagle". Mais tous ont en commun l'amour des grands espaces et bien sûr du V-Twin Harley-Davidson qui  fédère l'ensemble. C'est la retranscription au temps moderne, d'un rêve de gosse né à l'époque des cow-boys et des Indiens. Un rêve si puissant, qu'il se transmet de génération en génération à tel point que l'on vient de fêter les 110 ans de Harley-Davidson, et que ce n'est pas prêt de s'arrêter.

          La locution latine "Carpe diem" (quam minimum credula postero) est souvent adoptée dans le milieu Biker. Cette phrase extraite d'un poème de Horace veut dire " Cueille le jour présent, en te fiant le moins possible au lendemain ». Tout un symbole non ?

             Pour beaucoup, rouler Harley-Davidson c'est la meilleure façon d'afficher clairement ses choix et ses idées tout en cultivant sa différence en refusant de se laisser "formater" par la société. Pourtant si l'on y regarde de plus près, on s'aperçoit que certains éléments servent de base pour entrer dans le monde fermé des Bikers (même si cela fait image d'Epinal) :  Une Harley-Davidson naturellement, une barbe ou une moustache tombante, des tatouages (presque tous à la gloire des USA et à H-D) et un respect sans condition de la bannière étoilée. Mais n'imaginez pas que le seul fait d'avoir une Harley et un gilet patché du commerce fait de vous un Biker. Ce sont vos pairs qui vous reconnaitrons et vous accepteront comme Biker ou pas. Les badges qui ornent les blousons des bikers sont autant de signes de reconnaissance et d'appartenance, comme les couleurs des clubs affichées dans le dos des blousons en cuir.

Quelle est la signification des couleurs ?

Les "couleurs" correspondent à un "code vestimentaire" précis pour les Bikers US. Les "couleurs" sont à l'origine un signe d'appartenance à un club "rebelle" U.S. Ces clubs se sont formés à une époque où,  après avoir fait une légère entorse à leur nationalisme inné (en roulant avec les moins chères des motos comme les Triumph) ils en sont revenus et sont restés depuis fidèles à la Harley-Davidson.  D'où :  "Couleurs" = Biker (initialement Biker vivant hors les règles de l'A.M.A.) et Biker = Harley. CQFD

Puis l'adoption de "couleurs" dans le sens appartenance s'est développé dans les clubs Harley pas aussi exclusifs que les 1%. Plus tard, avec le développement de la marque HD,  la "panoplie du HOG" a pour une grande part contribué à faire disparaitre le sens réel des "couleurs", puisqu'elle fournit des écussons de dos, qui ne sont pas des back-patchs de clubs, mais qui permettent à leurs membres de se la jouer "rebelle". On voit même des "motards" sur des japonaises afficher des "couleurs" et là cela devient vraiment de la caricature. En effet non seulement ils choisissent de rouler sur des copies de HD mais en plus ils poussent le mimétisme jusqu'à vouloir se donner des airs de bikers en portant ce qu'ils pensent être des couleurs alors qu'en fait ce ne sont que des broderies sans aucune signification ni reconnaissance.
    On a vu éclore depuis deux décennies, ces soi-disant Bikers sur des motos japonaises, mauvaises copies des Harley.  Doit-on les appeler Bikers ? La question a été posée à de très nombreuses reprises. Au regard de la simple définition officielle du BIKER, il manquera toujours au moins quelque chose à ces pilotes de motos exotiques :  tout simplement une Harley-Davidson. Aux USA quelqu'un qui roule avec un custom (terme générique ciblant un type de moto dont la caractéristique principale est pieds en avant) japonais se voit affublé du surnom de "RiceBurner (brûleur de riz) ou de Rider mais certainement pas de Biker. De plus en plus,  les gens qui s'étaient fourvoyés comprennent que l'original est obligatoirement mieux qu'une "cheap copy" et ils arrivent à la Harley-Davidson, à tel point que les customs Japonais sont pratiquement invendables, en neuf ou en occasion, à l'heure actuelle (il suffit de prendre tous les chiffres de vente par catégories des divers motocistes japs),  juste retour des choses.

             C'est toujours une surprise lorsque l'on voit un pilote de japonaise qui affiche dans son dos le patch "Free Biker" signifiant  :  "Nous nous sommes affranchis de la tutelle Harley sur le monde Biker". C'est son droit au gars de le penser, mais comme il doit avoir "honte et être gêné" quelque part, voire même se sentir pour le moins isolé, sur son gilet il se colle un Patch Harley-Davidson "pour faire croire que...". De même tous les signes distinctifs de la marque de sa moto ont été gommés, cachés par des autocollants, par une peinture etc...  Ne vous laissez donc pas abuser par ces mauvais Ersatz. 

             Eh !  mon gars, si tu as honte de ta machine, et si tu as intégré  que le terme Biker ne cible, de fait, que le monde Harley-Davidson, tu passes à une Harley. L'excuse du pognon ne tient pas car le prix d'une japonaise équivaut à celui d'un Sportster voire même d'un Dyna et là, tu as la totale pour le prix de ton palliatif. Mais de grâce, si tu es fier de ta japonaise (tous les goûts sont dans la nature), tu retires tes patchs Harley-Davidson, tu te fais faire un tatouage à la gloire du constructeur Jap, tu roules en rêvant au Fujiyama en te posant la question de savoir pourquoi ces fichus japonais ont fait passer H-D en tête des ventes des gros cubes (+ de 400 cm3) sur leur île et surtout tu laisses les signes distinctifs de la marque de ta moto bien visibles. Il y a quelques années en arrière, on retirait de gré ou de force, tout ce qui pouvait prêter à confusion, certains disent même que des motos japs brûlaient.....

             Depuis quelques années une marque de Quads, Polaris, cherche à grignoter des parts du marché motocycliste. Ils ont d'abord sorti une marque Victory, du  low-cost en fait de gros scooters en plastic. Cette marque a été exportée à partir de 2011 en direction, entre autres de la France, sans grand succès. Début 2017 Polaris a arrêté la marque et la production des Victory, car elle a  fait un coup marketing réussi, le rachat d'un nom Indian à une société Anglaise en 2011. Depuis cette date Polaris fait donc assembler sur le même site que ses ex-Victory à Spirit Lake dans l'Iowa, des motos qu'elle tente de présenter comme les héritières de la marque mythique défunte Indian, mais les Polaris/Indian ne sont en réalité que de pâles  copies des originales Indian comme l'étaient les Drifter de Kawasaki. Les vraies Indian, celles d'avant 1953 étaient fabriquées à Springfield dans le Massachussetts et non dans l'Iowa. Polaris-Indian dans ses plans de communication média, joue sur le mots oubliant simplement de dire que la vraie marque défunte est enterrée  depuis plus de  60 ans (donc pour la résurrection d'entre les morts il faut oser). Les clubs de vraies Indian, refusent d'intégrer ces nouveaux possesseurs de Polaris/Indian.

            Pour info, en 1901 la firme originale ne s'appelait pas Indian, mais Hendee Manufacturing Company, Indian n'était que le nom d'un modèle de moto. La compagnie est devenue Indian Motorcycles  en 1928 et est morte en 1953.  A partir de là on a vu le nom "indian" être dévoyé et affiché par des Royal Enfield, Matchless Jawa et même sur des scooters fabriqués par de nombreuses autres marques mais qui utilisaient le nom "Indian", pour essayer de bénéficier du capital sympathie. La marque a fait l'objet de nombreux procès pour savoir qui pouvait être le propriétaire de ce nom. Cette appellation a été vendue et revendue au moins une dizaine de fois, depuis 1953.
 

                 Arrêtons de nous disperser, revenons en au vrai, au monde Harley-Davidson et à sa Biker's Life, dans lequel on distingue principalement  trois grandes familles qui se côtoient sans jamais se mélanger : Les Motos Clubs 1%, les Harley-Davidson Clubs les Associations et à l'extrême, le HOG. La Harley-Davidson ayant ce côté festif et familial, il existe très peu de lone Bikers.

 

Club de Bikers 1% (Outlaw Motorcycle Club) 

           La notion d'"outlaw motorcycle club" a pour origine l'existence de clubs de bikers qui ne se conformaient pas aux standards de l'AMA (American Motorcycle Association).  Ce terme d'outlaw motorcycle club fut utilisé par un journaliste en vue d'exagérer des troubles qui s'étaient produits à Hollister. Ces événements avaient eu une couverture médiatique nationale aux États-Unis. En réponse, le président de l'AMA avait déclaré que seuls 1% des bikers étaient des fauteurs de troubles. D'où l'origine du terme du groupe des 1%, dont certains bikers Harley-Davidson aujourd'hui revendiquent leur appartenance et l'affichent en portant le losange avec l'inscription 1%. 

                   Plus tard, quatre clubs principaux de Bikers Harley-Davidson émergeaient. C'étaient les Hells-Angels, les Pagans, les Bandidos, et les Outlaws. Les membres de ces clubs sont soumis à des règles très strictes. Si certains vivent en marge, d'autres sont complètement intégrés à la société.

                     Ils arborent des écussons et des patchs aux couleurs de leurs clubs respectifs, full patch pour le membre à part entière, sinon seule une partie des patchs pour les Prospects. Les couleurs des Hells-Angels sont Rouge et Blanc (R&W), tandis que les couleurs des Bandidos sont rouge et jaune-or (R&G). Les deux Motos-Clubs 1% principaux actuels, les Hells-Angels et les Bandidos ont des chapitres dans de très nombreux pays dont la France.

Leur histoire a été, et est quelque peu mouvementée.

 

Les Harley Davidson Clubs

       De très nombreux possesseurs de Harley, ne se reconnaissant pas dans la logique des Moto-Clubs H-D 1% (voir ci-dessus),  se retournent donc vers les associations  H-D ou les Harley-Davidson Clubs qui sont beaucoup plus ouverts et surtout bien moins extrêmes. 

     Beaucoup d'assos. s'étaient ouvertes à tous les customs, mais il leur avait fallu se rendre à l'évidence, il n'était pas facile de faire cohabiter des Bikers H-D et et des pilotes de  japies, toutefois, certaines associations (peu) fonctionnent encore comme cela.

      Mais la majorité se sont refermées pour redevenir des associations  H-D, donc réservées uniquement aux possesseurs de HD et de machines dédiées comme les Buell  

   Il existe de  nombreuses Associations  HD de par le monde, et bien sûr en France. 

      Les membres portent dans le dos de leurs gilets, les Couleurs. Il n'y a aucune obligation,  pour une association  Harley-Davidson,  de faire partie de la Fédération H-D-C de France.

         De nombreux meetings sont organisés par les Clubs Harley Davidson. Certains de ces rassemblements sont sur invitation avec H-D only et vraies Indian (celles d'avant la mort de cette marque en 1953 pas les nouvelles qui ne sont que des ersatz), afin d'être assurés de  réunir en un même lieu des gens partageant la même philosophie. D'autres sont dits ouverts, acceptant toutes les motos, par exemple les rassemblements des Brescoudos ou des Blue Beach Bikers et d'autres,  je ne peux les citer tous, Sorry !

       "Des décennies avant la création du HOG, bien des années avant l'apparition de M.C structurés,  les H-D-C Français ont été longtemps les seuls à porter haut et fort les couleurs de la marque. Alternant périodes fastes et époques de déclin, l'histoire de ces groupes indépendants perdure à travers le Harley-Davidson Club de France". (Freeway HS 01/12/2010)

        

  

Le Harley Owners Group  (H.O.G)

        Derrière les initiales du H.O.G qui signifie "Harley Owners Group" c'est à dire possesseurs de Harley Davidson, on trouve la plus grande association de marque au monde. Actuellement, le HOG aurait 1 million de membres, répartis dans tout le monde. Le HOG a été fondé en 1983 pour stimuler les ventes et resserrer les liens avec la clientèle. Le Hog est une idée marketing géniale, qui permet à HD de garder sa clientèle sous contrôle avec un aspect apparent convivial. C'est le lien en prise directe avec la concession sans que cela n'engendre pour eux une surcharge de travail, les bureaux des Chapters étant bénévoles. Cette association dépend directement de la Maison mère à Milwaukee qui regroupe les Chapters (groupes locaux attachés obligatoirement à une concession). Le HOG s'est développé d'abord aux USA puis hors des frontières à partir de 1991 avec la création du HOG Europe et en 1993 premiers Chapters officiels en France..      

                                                     Chaque concession, peut et doit avoir un Chapter qui lui est rattaché en direct

             Pour les nouveaux dans le monde Harley, à l'issue de l'achat de leur première machine l'adhésion au HOG étant offerte, ils adhèrent à un Chapter cela leur permet un premier contact avec le monde Harley.  Mais bien souvent ils ne renouvellent pas leur adhésion qui devient payante au bout d'un an. En effet, les liens entre le Chapter et le concessionnaire, de par les statuts du HOG, sont beaucoup trop imbriqués. Le Chapter est totalement dépendant et captif de son concessionnaire. De ce fait, certains on franchi le pas en disant que le HOG est une pompe à fric à destination de la marque,  mais ils sont certainement un peu excessifs dans leurs affirmations. Beaucoup de Chapters se retirent pour créer  des  "Free Chapters".  Ils se libèrent donc de l'emprise du concessionnaire, mais restent dans le giron du HOG. 

             Les Chapters du H.O.G ont la réputation à tort ou à raison, d'être composés majoritairement par des gens "Bon Chic - Bon Genre -  Friqués" appelés les "Rich Urban Bikers" ou "Rolex Riders" ce qui se ressent dans la flotte des motos des members,  dans la tenue vestimentaire toujours au top avec les derniers clothes H-D, dans le montant des cotisations, dans les manifestations organisées par les HOG nationaux dont les prix d'entrées sont exorbitants et surtout pas en rapport avec les prestations fournies. Cela leur permet ainsi de faire une forme de sélection par l'argent. Mais est-ce que cette réputation est le reflet fidèle de la réalité ? Par contre, les Hog-Members sont chargés de présenter à la population non motarde ou même motarde, une image Soft et Classieuse de la marque. Pour ce faire,  ils ont une règle de conduite qui leur est imposée avec le respect strict du code de la route, pas de délire, une tenue et une conduite irréprochables exigées, le respect des règles lors des déplacements avec Road-Captains, Safe Officer,  avec les gilets fluos etc.... 

             Cette association H-O-G accepte tout le monde (il n'y a pas de période d'observation), il suffit d'être  possesseur d'une H-D et de payer sa cotisation pour en faire partie, les postulants ne sont donc pas filtrés,  il y a un tel turn-over de ses effectifs que l'immense majorité de leurs "directeurs" n'ont que deux ou trois ans d'ancienneté Harley, voire même moins. C'est principalement pour ces raisons que de très nombreux Harleyistes estiment que les Chapters du Hog ne sont pas des Clubs et ne pourront jamais l'être, ce sont de simples réunions d'intérêts, ils sont  le Rotary ou le Lions club de chez HD. D'autres encore plus extrémistes estiment  que ce ne sont pas de vrais Bikers précisant sur le ton de la boutade que ces personnes ont fait l'acquisition de Harley en raison de leurs moyens financiers, mais ils ont oublié d'investir pour en acquérir la mentalité spécifique du Biker Harley.

              Il semblait difficile, dans la présentation du panel Harley, de ne pas parler des Hog-Members. C'est comme partout, tout n'est pas blanc ou noir et il faut toujours faire attention aux affirmations péremptoires..

 

---oooOooo---


                                         Ce qui a été développé dans cette page ce sont les trois grandes familles du monde Harley Davidson. Comme partout il existe des sous-groupes qu'il serait trop long et fastidieux de développer d'autant plus qu'ils sont limités en nombre et en représentativité.  Il ne s'agit pas pour nous ne nous étendre la dessus, ni de rentrer dans une quelconque polémique stérile. 

                                Cette page s'adresse principalement aux néophytes du monde Harley, les autres vous connaissez, vous avez votre propre opinion. Il n'y a aucun parti pris, ni dévalorisation (ou valorisation) de l'un ou l'autre groupe, ce compte rendu a essayé d'être le plus objectif possible, tout en éclairant le lecteur perdu dans les méandres des sigles MC, HDC, ASS, HOG, 1%, Free etc....... Chaque groupe vit la Biker's Life à sa façon, il y a ceux qui la vivent 24h/24h de manière Rock and Roll, d'autres de manière plus Soft, et les autres le Week-end ou deux mois par an. 

                                Quelques possesseurs de HD préfèrent rester avec leurs anciens potes pour rouler, même si ces derniers n'ont pas de Harley, cela peut se comprendre, ils se retrouvent dans des MCP (moto-club pirates) toutes marques de motos, ils n'ont rien à voir avec le monde Harley. D'autres plus ciblés Harley (mais pas forcément exclusivement HD) se regroupent dans des associations (ASS).

                                 D'instinct le possesseur de Harley cherche à se rapprocher de personnes ayant la même passion que lui, et partageant la même philosophie de vie,  c'est ce que l'on appelle la BIKER'S LIFE, mais de là à dire que tous les possesseurs de Harley font partie d'un club ou d'une association, serait une erreur, car beaucoup ne peuvent et ne veulent s'intégrer à un groupe, ils préfèrent être "Lone", libres de contraintes. Certains se regroupent sous forme de BrotherHood of Harley (bande de potes unis roulant Harley), libres des clubs avec ses obligations.

                               Rares sont les vrais "Lone" qui roulent seuls, ils se rapprochent toujours d'un groupe constitué ou font partie d'un Forum spécifique Harley (comme celui de Passion-Harley) afin de pouvoir échanger et rouler entre personnes partageant la même passion, sans avoir les diverses obligations et astreintes des clubs ou associations souvent ressenties comme rédhibitoires.

    

 

Voici une vidéo qui résume bien l'esprit Harley.


 

Retour Page d'Accueil